• Chez le vendeur en ligne Zalando, les magasiniers parcourent 20 km par jour

     

    L'une des stars de l'e-commerce européen est épinglée pour ses conditions de travail harassantes, après un reportage télévisé mené à la caméra cachée. Effrayant.

          

    "Zalando, c’est pire que la Stasi". C’est avec ces mots que l’un des salariés de l’entrepôt d’Erfurt, en Allemagne, résume ses conditions de travail, dos à la caméra. Etoile montante de la vente en ligne en Europe, le groupe Zalando traverse une tempête outre-Rhin après la diffusion, lundi 14 avril, d'un reportage télévisé retransmis par la chaîne RTL.  Ce documentaire d'une vingtaine de minutes relate l'infiltration incognito d'une journaliste, Caro Lobig, au sein du principal site de traitement logistique de la société allemande, où 2.000 salariés empaquettent et envoient quotidiennement les milliers de produits commandés d'un clic par les amateurs du shopping sur internet.

    Employée trois mois durant comme "picker", c'est-à-dire magasinière, celle-ci y décrit des journées harassantes, durant lesquelles elle parcourt entre 18 et 27 kilomètres à pied en huit heures pour récupérer un à un les articles dans les immenses étalages du site. Les temps de repos sont réduits au minimum et les fouilles du personnel sont fréquentes et organisées de manière aléatoire, en fin de service. Les salariés sont incités à dénoncer les éventuels voleurs, avec à la clé une prime de 500 euros. "Nous sommes perpétuellement soumis à des contrôles et à une énorme pression de rendement", affirme la journaliste, qui dénonce des atteintes au droit du travail.

    S'asseoir est très mal vu 

    Grâce aux scans successifs des articles, le mouvement des "pickers" est sous un contrôle quasi géolocalisé. Les performances sont enregistrées à la minute près et poussent les salariés aux limites de leurs capacités physiques. S’asseoir pour se reposer est très mal vu par les chefs d’équipes qui brandissent la menace d’un avertissement disciplinaire à ceux qui s’y risquent. Résultat: les salariés sont au bout au rouleau, les ambulances interviennent presque tous les jours. En 2013, un salarié est même mort d’une crise cardiaque dans les toilettes.

    Pour éviter ce genre de situations, les maillons faibles sont soigneusement exfiltrés, à commencer par ceux qui souffrent de maladies chroniques. "Le service du personnel de Zalando a donné comme consigne qu’il ne fallait pas trainer un malade chronique pendant plus de six mois dans l’entreprise", explique dans le reportage Marlen Schröder, une responsable du syndicat Verdi.     

    Zalando, jeune pousse fondée en 2008 qui a crû à toute vitesse ces dernières années, vend chaussures, vêtements et meubles par endroits dans presque toute l'Europe de l'Ouest, les pays scandinaves et s'est lancée à la conquête de l'Est avec son nouveau site polonais.

    Misant sur une communication offensive autour de la cliente qui hurle de bonheur en recevant son colis, l'entreprise, qui étudie une introduction en bourse, a vu son chiffre d'affaires progresser de 50% à 1,8 milliard d'euros l'an passé, sans toutefois parvenir à dégager de bénéfice pour le moment.

    Si les griefs formulés contre ses méthodes ne sont pas nouveaux, ils jettent une nouvelle fois l'opprobre sur un secteur d'activité régulièrement accusé, en Allemagne comme ailleurs, de faire peu de cas de ses salariés et de tenter d'écraser la concurrence par tous les moyens.

    L'an dernier, le géant américain de la vente en ligne Amazon s'était retrouvé au cœur d'un scandale après un reportage de la chaîne allemande ARD, qui lui reprochait de recourir à une agence de sécurité employant des néonazis pour surveiller certains de ses salariés en Allemagne. Ces derniers, pour la plupart étrangers, touchaient en outre des salaires inférieurs à ceux qui leur avaient été promis.

    « Sklavando »

    Avec ces nouvelles révélations, le débat est reparti de plus belle dans le pays sur les conditions de travail au sein de Zalando, dont le nom a été détourné en "Sklavando" par ses détracteurs sur internet. Adepte d'une communication directe avec ses clients sur les réseaux sociaux, la société est montée au créneau dès la diffusion du reportage pour contester ces accusations: "Il y a beaucoup d'émotion, mais il faut aller au-delà", a-t-elle réagi sur sa page Facebook.

    "De notre point de vue, la présentation des faits ne correspond pas du tout à la culture au sein de l'entreprise et à l'état d'esprit des salariés", a-t-elle encore affirmé sur son site internet le lendemain, promettant toutefois d'étudier "les points sur lesquels ces critiques sont justifiées et s'il s'agit d'erreurs systématiques ou d'erreurs individuelles".

    Zalando, qui a entamé une procédure en justice contre la journaliste pour rupture du secret professionnel, affirme aussi que dans une enquête interne, réalisée en partenariat avec un institut de sondages indépendant, 88% de ses salariés disent leur plaisir à travailler. Mais pour Stefan Najda, porte-parole du syndicat Verdi interrogé par l'AFP, "les salariés ont peur, ils sont souvent employés en contrat à durée déterminée, il n'y a aucun comité d'entreprise et ceux qui en parlent sont licenciés". "Nous n'appelons pas du tout au boycott (...) mais je conseille aux clients de ne pas avoir toujours pour seul critère le prix", ajoute-t-il.

     

     

    Google Bookmarks Blogmarks

    5 commentaires
  • En Allemagne, on réfléchit à avancer le départ en retraite

    Un projet de loi prévoit un départ à la retraite de 63 ans au lieu de 65 ans pour les salariés ayant cotisé 45 ans. Une proposition qui passe mal à l'heure où l'Europe se sert la ceinture, explique David Philippot

    Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • En Allemagne, on a trouvé une manière écologique de livrer le courrier

    Dans la réserve naturelle de Spreewald en Allemagne, le courrier est livré par bateau. Une méthode rapide mais surtout respectueuse de l'environnement. 

    Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Les autoroutes payantes pour les étrangers en 2016

    Alors que les résidents acquittent déjà un droit d'usage annuel, le principe d'une vignette autoroute pour les étrangers a été retenu à partir de 2016.

    Le ministre allemand des Transports a annoncé jeudi l'instauration à partir de 2016 d'une taxe pour tous les automobilistes empruntant les routes allemandes. Elle permettra de mettre à contribution les conducteurs étrangers dans le financement du réseau qu'ils pouvaient emprunter jusque là gratuitement.

    "Le péage pour voitures sera mis en place au 1er janvier 2016", a déclaré Alexander Dobrindt dans les colonnes du quotidienFrankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ) paru jeudi, ajoutant que les détails seront donnés "avant la pause estivale".

    "Alors, les voitures étrangères qui empruntent les routes allemandes (...) participeront aussi au financement" de l'entretien du réseau routier, a souligné M. Dobrindt, membre des conservateurs bavarois (CSU) qui ont milité pour cette mesure.

    À l'heure actuelle, aucun péage n'existe sur les autoroutes allemandes. Mais les propriétaires de voitures allemandes doivent s'acquitter, une fois par an, d'une taxe forfaitaire à laquelle échappent les étrangers.

    L'instauration d'un péage routier a été un des points les plus ardus des négociations entre sociaux-démocrates (SPD) et conservateurs allemands (CDU/CSU) pour former un gouvernement de coalition fin 2013. Ni le SPD ni les chrétiens-démocrates de la CDU de Mme Merkel n'en voulaient, mais les conservateurs bavarois de la CSU en ont fait un casus belli et obtenu gain de cause.

    Un allègement pour les Allemands

    Cette nouvelle taxe, qui pourrait prendre la forme d'une vignette sur le modèle suisse ou autrichien, devrait être compensée par un allègement de la taxe sur les automobiles actuellement payée par les seuls Allemands. Cette vignette ne sera donc acquittée que par les automobilistes étrangers qui traversent l'Allemagne.

    En effet, le contrat de coalition précise que le gouvernement "veut faire participer les détenteurs de voitures non immatriculées en Allemagne au financement du réseau autoroutier, sans imposer de taxes plus élevées aux véhicules immatriculés en Allemagne". Le chef de la fédération automobile allemande VDA, Matthias Wissmann, a d'ailleurs tenu à rappeler cette promesse électorale. "Nous comptons bien sur le fait que les automobilistes allemands ne paieront pas un centime de plus", a-t-il déclaré au quotidien Bild à paraître vendredi.

    Alexander Dobrindt a également annoncé que le péage pour les poids lourds de plus de 12 tonnes, déjà en vigueur sur les autoroutes et quelques routes nationales allemandes, sera étendu en juillet 2018 à l'ensemble des routes nationales et concernera à partir d'octobre 2015 aussi les camions de plus de 7,5 t.

    Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Schumacher: il fait de "petits progrès"

    Michael Schumacher fait "des petits progrès" qui "nous donnent du courage", annonce son porte-parole dimanche soir.

    Le champion allemand de Formule 1 Michael Schumacher, hospitalisé en France depuis trois mois et demi après un grave accident de ski, fait de "petits progrès" qui "nous donnent beaucoup de courage", a annoncé sa porte-parole, Sabine Kehm, dimanche soir.

    "Il y a de petits progrès qui logiquement nous rendent très heureux et nous donnent aussi beaucoup de courage", a-t-elle affirmé sur la première chaîne de télévision publique allemande ARD.

     

    "Mais ce sont des petits moments, ce sont des moments, comme je l'ai déjà dit, de conscience et de réveil, et c'est en soi une bonne nouvelle", a-t-elle ajouté au cours d'un talk-show consacré à l'état de santé du pilote.

     

     

    Un processus très long

     Elle a toutefois souligné ne pas vouloir entrer "dans les choses concrètes", évoquant le caractère "très privé" du sujet. "Cela ne regarde que la famille", a-t-elle dit, précisant "être presque chaque jour" à son chevet.

    Hospitalisé depuis le 29 décembre à Grenoble, dans les Alpes françaises, le pilote automobile, âgé de 45 ans, avait violemment heurté un rocher de la tête,, en skiant en compagnie de son fils et d'un groupe d'amis dans une station de sports d'hiver française. Lors de son admission à l'hôpital, il souffrait de lésions crâniennes "diffuses et graves".

    Après avoir été plongé dans un coma artificiel, il a été placé le 30 janvier en phase de réveil, qui consiste à réduire progressivement les sédatifs qui lui sont administrés, un processus très long.

     

    Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Des millions d'euros remportés aux machines à sous grâce à une faille informatique

     

    En Allemagne, plusieurs joueurs ont empoché le jackpot en raison d'une faille informatique. Des pirates ont divulgué cette faille et la marche à suivre sur internet. En une seule nuit, 10 millions de gains ont été remporté dans tout le pays. L'un des casinos demande réparation.

    Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique